Je crois en Moïse, en Jésus et en Mahomet
5 novembre 2018
At the end of the day
1 janvier 2019

Nous voilà toutes en cercle prêtes à livrer nos confidences.

D’un coup, surgissent des hommes qui décident d’entrer dans la danse. 

Qui voudra bien briser ce silence ?

La parole est à qui la veut.

Mais personne n’ose se lancer dans cet insidieux jeu.

 

Au nom de toutes celles qui ont été souillées, tordues, battues, brisées, flagellées, mordues, méprisées, fanées, je me lève,  lança un homme, car ma sœur a été souillée, brisée et fanée.

Elle revenait de l’école, une bête lui a sauté dessus. Lorsque nous l’avons retrouvée sa chemise blanche immaculée était maculée de sang. Son pantalon était déchiré, et son corps portait les traces de l’asphalte sur lequel il l’avait couché pour la déchirer et la briser.

Aujourd’hui, elle n’est plus, car elle a été fanée à la fleur de l’âge.

Lorsqu’il se fut tu, une femme brisa à son tour le silence.

Quand j’étais petite, pendant que je jouais avec ma poupée, il jouait avec mon corps.

Il venait aussi chaque nuit avant que je ne m’endorme.

Il me touchait, me palpait et m’explorait sans que je ne comprenne exactement ce qui se passait.

Tout ce que je savais c’était qu’il m’avait chuchoté de me taire,

A présent je sais que ce n’était pas une histoire terre à terre.

Quand cette dernière eut fini de narrer une parcelle de son histoire, un autre brisa aussi à son tour le silence puis elle ensuite lui et enfin moi.

 

Souillée, Tordue,

Battue, Brisée,

Flagellée, Mordue,

Méprisée, Fanée,

Voilà celle que j’étais devenue.

Moi qui, autrefois, berçais le monde de mes rêves, d’un regard pétillant et amoureux de la vie, je fascinais les âmes que je rencontrais.

Aujourd’hui, je suis en loques, d’un regard froid et vide je fixe cet homme, cette femme et cette Dame qui m’ont souillée, tordue, battue, brisée, flagellée, mordue, méprisée, fanée et qui maintenant cherchent à me bâillonner.

Au début, il disait m’aimer, m’offrait des fleurs et nous dansions sous le gui.

Jusqu’au jour où ses coups m’ont tellement engourdie que j’en avais le tournis.

Le lendemain il pleura à nouveau son amour pour moi.

Le soir, il me donna à nouveau des coups, m’insulta et me traina dans les escaliers.

Je sentais qu’une part de mon âme restait accrochée à chaque palier.

Chaque lendemain, il me rappelait qu’il m’aimait

Et chaque soir, il me flagellait jusqu’à me faner.

Je l’ai certes quitté n’empêche j’ai aussi été brisée.

Me voilà contant  mon histoire à mes paires.

Celles qui comme moi ont fui la terre de leurs pères en quête de repères.

Celles qui comme moi se sont fait arracher le pagne, par cet homme, cette femme et cette Dame qui ne seront jamais jetés au bagne.

Celles qui comme moi ont été souillées, tordues, battues, brisées, flagellées, mordues, méprisées, fanées et qui maintenant cherchent à s’émanciper !

Qui cherchent à se reconstruire, à ne plus s’enfuir.

Pour mes enfants qui ont été aussi flagellés par une femme, pour ma cousine, qui de force, s’est retrouvée dans les draps d’un homme de l’âge de son père, pour sa sœur qui a été violée, pour ta sœur qui a été attouchée, pour mon amie qui a été excisée, laissez-moi me réintroduire !

Certes j’ai été Souillée, Tordue,

Battue, Brisée,

Flagellée, Mordue,

Méprisée, Fanée,

Aujourd’hui je suis

Courageuse, résiliente

Rayonnante, je cherche à être heureuse !

Et je me bats pour celles qui sont encore Souillées, Tordues,

Battues, Brisées,

Flagellées, Mordues,

Méprisées, Fanées,

Ndakhté #DOYNA ! 

Rokhaya NGOM

Partage et laisse ton commentaire 🙂

4 Comments

  1. Oumy dit :

    Beau et emouvant jadore

  2. Ndeye Amisow dit :

    💪🏾😍

  3. Fall dit :

    Bel engagement ma soeur
    Merci pour NOUS TOUTES!
    DOYNA SEUKK!

Vas-y laisse ton commentaire

%d bloggers like this: