Que l’éducation redevienne un droit inhérent aux enfants et jeunes
24 février 2018
Amazone d’un jour, Amazone pour toujours
8 mars 2018

Viens, prends ma main
Viens, sur mes genoux fillette aux airs coquins

C’est un père, un oncle, un ami de la famille
C’est un monstre un animal dans ma famille
C’est un homme dont l’honnêteté est une évidence
C’est un homme dont les désirs me condamnent à la potence

Enfermée dans le silence je vis l’enfer
Je voudrais tellement l’expliquer mais comment faire?
La société a décidé que je devais me taire
Après tout n’ai-je pas déjà été trainée plus bas que terre?

J’ai dorénavant plus peur du jour que de la nuit
Vois tu c’est le jour que l’obscurité m’envahit
Mon Dieu faites que cette nuit soit indéfinie
Voilà mes prières à la tombée de la nuit.

« Je ne te pas fais mal,
Tout ceci est tout à fait normal
Tu dois te plaire et ne pas crier
Tu vas voir comme je vais t’aimer »

Je sens toujours son corps robuste sur moi,
Ses mains me caressant les seins avec un regard sournois.
Mon entrejambe l’accueillait toujours avec réticence
Ce qui déclenchait son impatience.

J’aurais peut être dû me détendre,
Mes hurlements ne se sont jamais fait entendre.

Je voudrais tant oublier sa bouche,
Ses mains qui me touchent,
Je voudrais tant me laver de cette horreur,
Faire disparaître son odeur,
Après de tels drames,
Serais-je encore une femme ?

On a abusé de mon corps.
Quel triste sort!
On a franchi mon terrain secret,
Détruisant en moi ce qui était vrai.

Apparemment une fois n’est pas coutume,
C’est donc normal que le marteau veuille continuer à frapper l’enclume.

Je fus enchaînée à lui telle que le fut Prométhée,
Je fus abandonnée à lui par ma famille bien aimée.

Que fut ma douleur quand je compris que j’étais à sa merci.
Pour ma mère ce sexe qui déchire mes reins n’est qu’affection,
Mon devoir est donc d’y répondre avec précaution.
Le maître mot est la diplomatie.

Je le vois chaque jour épanoui,
Je me vois chaque jour meurtri.
Je suis souillée à jamais
Je suis la personne que la société à décidé de blâmer.

Finalement n’est-il pas le seul à m’avoir réellement aimé?
Le syndrome de Stockholm, diront certains
L’alternative à la tombe criera mon corps dépeint.

Mame Diarra Tine

Partage et laisse ton commentaire 🙂

Jerry Az
Jerry Az
Jerry Azilinon (mais appelez moi Jey, Jeje, Jeazy bref tout sauf Tom et Jerry), bah c'est moi. Je suis jeune, mignon (mais ça dépend). Ce que j'aime dans la vie ? Bon on va dire que j'aime la vie. J'aurais aimé être artiste mais je tiens à ce que mon nom reste sur la liste des héritiers de papa donc écriture et tout le tralala là c'est juste une activité pour meubler mon temps libre. Bienvenue dans mon univers...

2 Comments

  1. SUPER dit :

    oh ,que vous me faite du bien cher confrère. Vous avez oubliez de dire que nous ne sommes pas assez formés.;.. Maintenant la femme qui vient dans mon cabinet je lui demande d »abord si elle est violentée, quand a t elle été violé, si ses enfants sont autistes et ses parents alzheimer , et les résultats de ses dépistages seins et colon Tant pis si elle vient pour une entorse qu elle se serait faite au cours de la balade dominicaine en jouant avec ses enfants sous l oeil attendrit des grands parents .!!! Mais ça ça fait pas vendre!

  2. simplygrove dit :

    Aujourd »hui, il le serrait pourtant dans ses bras et rien dans l »attitude de Benedict ne lui disait qu »il ne ressentait pas la même chose pour lui. Il ne s »était écoulé que quelques secondes, sans doute de surprise pour qu »il sente sur son manteau la pression de ses bras autour de lui. Beaucoup plus grand que lui malgré la bonne grandeur de l »irlandais, son coeur léger, il avait posé quelques instants la joue contre sa tête, ses yeux humides fermés, un sourire tirant ses lèvres d »un vermillon métallique. Le froid mordait ses joues humides, rafraîchissait son cou, mais il était heureux.

Vas-y laisse ton commentaire

%d bloggers like this: