Réponse de Moussa, le modou-modou
22 novembre 2017
Les bienfaits de l’eau de Rose
30 novembre 2017

Parfois les mots n’arrivent pas à décrire ce que l’on ressent,

Nos peurs les plus folles, nos joies ainsi que nos larmes de sang.

Les mots sont trop petits pour faire comprendre aux autres,

Qu’en absence de considération, c’est sur eux qu’on rejette la faute.

 

Cela semble blessant de n’être réduit qu’à un instrument de travail.

Un instrument productif, qui ne sert qu’à reboucher les failles.

Etre Modou-modou n’est pas chose facile, rares sont ceux qui le comprennent,

Rares sont ceux qui voient leurs blessures internes de même que leurs peines.

 

Ils sont humains avant tout, ils sont juste dans un territoire extérieur,

Ils font face toujours à des tentations au delà de leurs labeurs,

Ils se contiennent et se battent pour eux et leurs familles,

La seule chose qui motive leur voyage c’est de sortir de l’ignominie.

 

Sans soutien venant des leurs, ils se rabattent sur ceux qu’ils voient.

Ceux qui partagent avec eux leurs joies et les apprécient, de surcroît,

Qui ne cherchent pas en eux le facteur travail mais juste leur humanité,

Qui les poussent à aller loin et à humainement se dépasser.

 

Est-ce que sa femme comprendra Moussa, quand il lui racontera son histoire ?

Est-ce que sa maman l’attendra pour l’entendre délivrer son mémoire?

Est-ce que son histoire sera un brillant exemple, pour les jeunes qui veulent prendre le large ?

Autant de questions qui nous laisse perplexe, et qui méritent une suite sage…

Amadou NDONGO

Partage et laisse ton commentaire 🙂

Vas-y laisse ton commentaire