Poulet au caramel
10 septembre 2017
Je suis un homme
11 septembre 2017

Chers parents,

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous écrire une missive. Dans un parc au gazon bien entretenu et aux arbres bien taillés. Une mère de famille avec son bambin déchainé et un couple mixte meublent le décor.  Pas de Toumani, ni de kora. J’ai le cœur lourd et chagriné.

Vous m’excuserez mon omission volontaire des formules usuelles de rédaction d’une lettre. Parce que je suis atterré et abattu. Durant mon escale, j’ai appris que Ndiogou est mort. De quoi ? À la providence d’y répondre. Tout ce que je sais, c’est qu’il n’est plus de ce monde cruel.

Il a emporté dans sa retraite définitive toute notre génération. Celle du « Café gua » qui hélas, perdra son lustre d’antan. « Café gua », notre quartier général, beau lieu socialisation plein d’humanisme.

Là où mes camarades et moi avions appris le sens du partage autour d’une tasse de café. Là où nous taillions bavette, crevions nos abcès et cautérisions nos plaies. Et là où également nous concoctions nos plans pour éliminer de la bande un ami que nous jugions trop mou ou lâche.

Me voilà seul au cœur de Montréal. Ndiogou s’en est allé sans réaliser son rêve de humer l’air du « kaaw ba » et de marier une blonde aux yeux bleus et aux cheveux longs. Quelle noblesse !

J’aurais aimé qu’il découvre « babylone » et son anxiété. Si seulement il savait qu’il nous arrivait d’aller au lit sans bien manger. Je n’ai jamais eu le courage et l’honnêteté de lui dire que les repas, ici, ne sont pas hiérarchisés. On mange selon la faim et selon nos moyens. Déjeuner et dîner se confondent. Mais, un tel message passe difficilement auprès de ces milliers de jeunes qui continuent de croire que l’immigration est la seule panacée contre ce calvaire quotidien.

Finalement, ce qui est sûr, c’est qu’avec lui, mon corps si chétif et frêle ne serait point victime d’un lynchage orchestré par un groupe de jeunes noirs.

« Défaite de la mort, une victoire de la vie ! »

M.T.

Partage et laisse ton commentaire 🙂

Vas-y laisse ton commentaire