Les Débateurs
24 août 2017
Fondant au chocolat
28 août 2017

Témoignage sur la légende vivante, Usain BOLT qui s’est retiré de la scène athlétique  après les « Mondiaux d’athlétisme 2017 »

Monsieur BOLT,

Veuillez m’excuser et m’adresser à vous sans pour autant vous vouvoyer. Laissez- moi mettre les règles de bienséance de côté pour converser avec vous comme si nous étions les meilleurs amis du monde. Cela n’ôtera en rien le respect que j’ai pour vous « The Living Legend ».

Review (pritititiiw Action)

Cher Usain Bolt,

Après ta blessure lors de la finale du relais 4X100 mètres des « Mondiaux d’athlétisme 2017 », j’ai été sidéré de voir les gros titres de certains média qualifiant la fin de ta carrière de désastreuse, de terrible. C’était surement une marque de leur compassion car ils auraient sans doute espéré pour toi une fin de carrière beaucoup plus glorieuse.

Mais est-ce que la fin de ta carrière pourrait définir celle-ci ?

Ils ont eux-mêmes répondu à cette question quand quelques jours plus tard, ils ont décidé de nous rappeler à quel point tu as marqué l’histoire. Bon je crois que marquer est un euphémisme. Domou Ndeye (c’est un terme pour faire croire à mes lecteurs que nous sommes des amis tellement proches que nous nous considérons comme membres d’une même famille) kaay meu tagal leu seuy bakhouu mame (par là je veux te dire que je me chargerai de faire tes éloges). Usain, tu as fait ce que personne n’avait auparavant et n’arriverait à faire pour le moment.

9‘’72, cela te rappelle-t-il quelque chose ? C’est le record mondial que tu avais établi sur 100 mètres, en mai 2008 et que tu as ensuite battu à Pékin à la même année au mois d’Août (9’’69). Un an plus tard, tu secoues le monde à Berlin.  A ces mondiaux, frère tu ne t’es pas du tout gêné. Tu ramènes ce record à 9’’58 et tu ne t’en arrêtes pas là, car Bolt tu as inscris aussi un nouveau record mondial sur 200 mètres (19’’19). Au fil du temps, nous nous sommes habitués à te voir au sommet où tu t’es installé confortablement. Ce qui m’a le plus plu c’est l’insouciance, la joie de vivre que tu as gardé tout au long du périple de ton succès.

Ah oui, Usain ce fut un PÉRIPLE. Ton chemin a été rempli d’obstacles mais tu as su passer outre ces derniers avec prestance. Je crois qu’il est temps de rappeler aux gens que tu n’as pas connu que des jours légendaires. Que certes, tu as un talent incroyable mais que tu as eu la force, la volonté de trimer pour en arriver là. Le pays qui t’adule tant n’a pas toujours été tendre avec toi.

En 2004, ton histoire avec l’athlétisme n’était guère un roman à l’eau de chocolat. Imaginez (là je parle à mes lecteurs Usain), un jeune de 17 ans qui va aux Jeux Olympiques, à Athènes, emportant avec lui l’espoir de toute une nation  qui est éliminé dès le premier tour des épreuves de 200 mètres. Alors qu’avant de s’y rendre, il avait une blessure. Pourtant il a fait le SACRIFICE de s’y rendre, de porter le drapeau de son pays et de faire face à un échec cuisant. De retour en Jamaïque, Usain tu n’as pas été épargné par les média (toujours eux). Ils t’accusaient d’être un froussard, ou d’avoir été payé pour perdre etc.

Toutefois, tu as eu le COURAGE de continuer ou plutôt de reprendre tout à zéro avec Glenn Mills devenu ton coach depuis lors. Tu as compris que nul n’était parfait, que la vie mériterait d’être vécue malgré la pression d’un environnement hostile et que lorsque nous voulons atteindre des objectifs démesurés le TALENT ne suffirait pas. Tu t’es entraîné comme une bête avec beaucoup de CONSTANCE. Ton papa disait t’avoir vu vomir après un entrainement et qu’il a réalisé le dur labeur que tu fournissais pour accomplir ton rêve. Malgré cette hargne, ‘’ils’’ ont douté de tes performances.

Certains ont insinué que tu avais peut-être recours au dopage. Cependant tu as su montrer qu’il n’y a que tes CAPACITÉS qui t’ont amené à décrocher, la main levée en un salut militaire, toutes ces médailles. Je me demande même s’ils n’ont pas oublié que durant ton ENFANCE passé dans un village, tu devais faire 48 allers-retours jusqu’à une rivière pour remplir, chaque semaine, les réserves d’eau de chez toi.  

 

L’éclair je tiens à te remercier de nous avoir prouvé que lorsque ton sacre est méritoire et mérité, le plus important ce n’est pas la fin de ce dernier mais toutes ces constructions faites pour y arriver. Merci d’être cette légende vivante qui aurait pu  abandonner après ces échecs et rater ainsi la mission de vie qui lui était destiné.

Dieureudieuf. Ta sœur du Sénégal

Honorables lecteurs(trices), oui le moment est devenu solennel dès que j’ai décidé de partager avec vous cette lettre envoyée à mon ami (kham star mo yomboul). Je voudrais juste que vous puissiez retenir que vous avez , vous aussi, une mission de vie à accomplir. Si vous ne l’avez pas encore trouvé, cherchez là. Il est donc temps pour de vous poser intérieurement les bonnes questions. Si vous l’avez trouvé, donnez-vous plus que vous ne pouvez je dis bien PLUS car vous allez devoir repousser ce que vous pensez être vos limites comme mon ami Bolt.

Bon qu’importe le cas dans lequel vous êtes actuellement, je vous rappelle, parce qu’au fond je sais que vous ne l’ignorez pas, les personnes et leurs rumeurs ne définissent pas votre personnalité mais vos actions si. Décidez alors de ne pas avoir la crainte de faire les SACRIFICES nécessaires pour atteindre vos objectifs. Ayez-le COURAGE, après avoir  trouvé votre voie, de vous battre dans la CONSTANCE, avec un engagement qui surprendra tout le monde et vous dire que vous allez y arriver. Savez-vous pourquoi ? Car vous avez votre propre TALENT à vous, mais il n’est pas suffisant. Vous allez devoir être dans un entrainement perpétuel pour développer vos CAPACITÉS et lorsque vous douterez, pensez juste à votre ENFANCE, à votre parcours c’est-à-dire à tout ce chemin déjà parcouru et foncez encore plus en gardant votre joie de vivre et surtout l’espoir.

ESPOIR, retenez bien ce mot.

Cordialement (j’avais oublié ce mot pour Usain)

Rokhaya NGOM

Partage et laisse ton commentaire 🙂

Vas-y laisse ton commentaire